Nouveau contrôle technique : ce qui change pour vous !

Largement médiatisé depuis sa mise en place le 20 mai 2018, le nouveau contrôle technique des véhicules s’inscrit dans une stratégie gouvernementale de réduction du taux d’accidents sur les routes.

Cette perspective qui s’étend jusqu’à 2020, s’appuie sur le durcissement du contrôle du véhicule en augmentant le nombre de défauts à réparer à 450, avant contre-visite. L’objectif sera de supprimer les voitures dangereuses ou trop polluantes des routes françaises.

Comment se déroule le nouveau contrôle technique ?

Le contrôleur doit diagnostiquer 8 paramètres :

  • L’identité du véhicule
  • La direction
  • Le système de freinage
  • La visibilité (rétroviseurs, vitres,…)
  • L’éclairage
  • La liaison au sol (roues, pneus, essieux, suspension)
  • Le châssis
  • Autre matériel (ceintures, airbags…) et nuisances.

Trois types de problèmes peuvent être détectés : problèmes mineures, majeures et critiques.

À la fin du contrôle, le résultat sera positif si le contrôleur n’a trouvé aucune défaillance majeure ou critique. Il donnera dans ce cas une vignette valable deux ans.

Dans le cas contraire, le résultat serait défavorable :

  • S’il y aurait une défaillance majeure et aucune défaillance critique, l’automobiliste pourra continuer à circuler sur les routes, tout en effectuant les réparations nécessaires dans un délai de 2 mois avant la contre-visite.
  • S’il s’agirait d’une défaillance critique, le propriétaire de la voiture devra la réparer le jour du contrôle.

 

Quelles sont les nouvelles défaillances critiques ?

Une défaillance est dite critique lorsqu’elle représente un danger immédiat pour le conducteur et les autres usagers de la route, ou lorsqu’elle a un impact grave sur l’environnement.  Parmi les problèmes critiques ajoutés,  on distingue :

  • L’absence du liquide de frein
  • L’usure du disque frein
  • La mauvaise fixation des roues
  • Le siège conducteur défectueux
  • Le mécanisme inopérant de la direction assistée
  • L’absence de dispositif de retenue sur le moyeu du volant
  • Le vitrage dans un état inacceptable
  • Les problèmes au niveau du châssis

Quelles sont les sanctions prévues en cas de présence de défaillances critiques ?

Il est à noter que les centres de contrôle technique ne sont pas autorisés à immobiliser une voiture. Ils se contenteront juste d’apposer une vignette valable pour un seul jour afin que le conducteur puisse réparer sa voiture.

Cependant, le dépassement du délai de la contre-visite constitue une infraction du code de la route, passible d’une amende de 135 €. Les forces de l’ordre dans ce cas, peuvent confisquer la carte grise et emmener la voiture à la fourrière si son état l’exige.

Les prix du contrôle technique vont-t-ils augmenter ?

Avant ce remaniement, le prix du contrôle technique était de 65 €. Le tarif moyen d’une contre-visite était de 14 €, mais elle pouvait être gratuite si elle est simple et rapide.

Aujourd’hui, vous serez obligés de payer plus, puisque les réseaux de contrôle technique stipulent que le temps d’examen des voitures sera plus long et le nombre de contre-visites sera plus important.

Mais pour contourner cette hausse des tarifs, vous pouvez compter sur la concurrence entre les réseaux de contrôle technique, car rappelons que les prix sont libres et diffèrent d’un centre à un autre.

 

Pour faire un contrôle technique pas cher, vous pouvez consulter votre garagiste ou les sites web spécialisés.

 

By | 2018-08-06T16:51:08+00:00 août 6th, 2018|Non classé|